top of page

Alexandre Daigle. Est-ce que l’histoire se répète avec Jonathan Drouin.

Commençons par le jeu des comparaisons. Alexandre Daigle premier choix tu repêchage 93 par les Sénateurs d’Ottawa. Jonathan Drouin 3e choix de première ronde par le Lightning de Tampa Bay.


     Participer tous les 2 au championnat du monde junior à 2 reprises. On peut facilement s’entendre que ces deux-là ont eu à peu près la même pression dans les rangs juniors. Alexandre Daigle a déjà mentionné en entrevue qu'il croiyait même avoir vécu une dépression au niveau midget mais dans ces années-là on ne parlait pas de ça. Maintenant comparons les statistiques en carrière; Daigle 327 points En 616 matchs et une fiche de -176, une moyenne de 0. 53 points par match. Première retraite à l’âge de 26 ans.


     Drouin, 256 points en 439 matchs et une fiche -72, une moyenne de 0.58 points par match. Il a 27 ans.


     On se souviendra que les Sénateurs avaient à l'époque accordés un contrat de 5 ans à 12. 25 millions de dollars comme premier contrat. Peu de temps après, la Ligue nationale mis en place la règle des contrats plafonds d'entrée à 3 années. Daigle fut échangé après seulement 4 saisons à Ottawa et ce ne fut que le début d'une suite d'échange entre au moins 4 autres équipes.


     Pour Drouin il fut échangé du Lightning vers le Canadien de Montréal après seulement 2 ans.


     Loin de moi l’idée de crucifier sur la place publique Jonathan Drouin. J’ai été de ceux qui l’appuyait quand il a fait une pause pour problèmes psychologiques. Mais force est d’admettre qu'il y a de fortes ressemblances entre l’histoire d’Alexandre Daigle et de Jonathan Drouin et malheureusement je crois que c'est 2 histoires vont se terminer de la même façon, ce qui veut dire une fin de carrière en queue poisson. N’importe quel amateur de hockey peut voir que le problème de Jonathan Drouin n'est pas le talent mais la motivation. Personnellement, je crois qu’il ne veut plus être sur une glace de la Ligue national et je serais très surpris qu’il signe avec une autre équipe à la fin du présent contrat.


     En conclusion, je ne donne pas de blâme à Jonathan Drouin mais seulement que, comme Alexandre Daigle,  il a subi une trop grande pression dès le début de sa carrière sur ses épaules et il n'était pas préparé à ça.   J’espère et je crois que la ligne nationale et les 32 équipes, ainsi que tout le système de hockey mineur en auront tiré une leçon de ces 2 histoires pour l'avenir.

22 vues

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page